Dernières nouvelles
Follow Us
MON TER
Image Alt

Nos destinations de pêche

Beauté de la découverte

LES ZONES I ET II

LA ZONE 1 – La côte nord-ouest :

Au nord des Mitsio, la côte nord-ouest de Madagascar est surnommée La Côte des Îles Vierges par le Ministère du Tourisme de Madagascar. C’est le lieu des amoureux des grands espaces originaux, des sites vierges originels, des bouts de terre sauvage. Vivez une aventure unique et conjuguer le plaisir de la pêche extrême avec les découvertes authentiques de la mythique baie du courrier et le non moins magnifique Cap Saint Sébastien.

Toutes les îles – Nosy Manonaka, Nosy Valiha, la Baie de Befotaka et vers Nosy Hara – offrent des sites de pêche sportive préservés et exceptionnels par leur beauté sauvage mais aussi par la grande diversité et tailles des poissons de sport.

la côte découpée, Les Îles, et un plateau continental large sur plusieurs kilomètres combleront tous pêcheurs confondus ; hauts-fonds, récifs coralliens et tombants, baies et passes  se succèdent pour le plus grand plaisir du pêcheur, plaisir aiguisé par les nombreux bancs de “poissons fourrages”. Seul bémol de ce fabuleux terrain de jeux, le Varatraza, alizé violent et …tenace qui souffle pratiquement en permanence et rend la pêche impraticable de fin juin à début septembre,

principalement en juillet et août. C’est une zone extrême et “in extenso”, vous devrez admettre, que fort de notre expérience Nosy-Be-pêche, pourrait modifier et optimiser le programme, sans modification tarifaire, en fonction de fortes contraintes météorologiques dans l’objectif de votre sécurité et de votre confort de pêche.

LA ZONE 2 – Les Mitsio et le “grand large” :

L’Archipel des Îles Mitsio forme un ensemble mystérieux et sauvage d’une beauté unique formé par des îles et îlots, de rochers volcaniques et bancs qui émergent. Par leur histoire, les îles Mitsio sont le sanctuaire de la civilisation Sakalava, l’ethnie de Nosy Be. L’île principale La Grande Mitsio est la seule île habitée par des pêcheurs et éleveurs Sakalava, est cernée par une myriade de petits îlots paradisiaques.  Les plages, de coraux et de coquillages réduits en poudre par le jeu des marées, sont d’un blanc aveuglant et désertes pour la plupart.

Les lagons se succèdent dans une symphonie de bleu turquoise et de vert émeraude.

De nombreux spots hauts-fonds, plateaux récifaux, canyon sous-marin et tombants sont autant de spots à même de satisfaire les plus exigeants.

LA ZONE 2a – La zone du Leven :

Au grand large de Nosy Be, se situe le fabuleux banc du Leven. Un terrain de sport gigantesque qui englobe plusieurs bancs : c’est d’abord le banc central du Leven large platier avec des récifs coralliens ; au sud le banc du Grand Castor et un peu plus à l’ouest le banc des Voltigeurs, 2 bancs avec des plateaux intermédiaires à 40 m puis un deuxième  platier à 15 m, cernés par des tombants de 500 m et plus. C’est ensuite le banc de la Cordelière au nord qui alterne les grands fonds et un plateau à environ 40 à 60 m.

L’une vous réservera de magnifiques opportunités sur de grosses GT (Giant Trevaly) au popping alors que le long des pentes des tombants et canyons sous-marins de l’autre le jigging – oubliez peut-être le slow jigging, vous réservera de sérieuses surprises comme les puissants doggies (thons à dents de chien) et autres magnifiques sérioles combatives au possible. Les grands pélagiques se mêleront “au concert” pour la plus grande joie du pêcheur.

Cette zone “offshore” comporte néanmoins un gros handicap ; située dans une zone fortement exposée aux vents violent, elle est impraticable de la mi-avril à la fin octobre voire mi-novembre parfois.

Dans la mesure du possible, nous respecterons le programme, mais Nosy-Be-Pêche se réserve le droit de le modifier sans modification tarifaire, si des contraintes météorologiques nous l’impose.

Cette modification serait faite dans l’optique de votre confort et vous permettre de pêcher en toute sécurité.

LA ZONE 3 - ZONE NOSY BE

ZONE CENTRALE DE NOSY BE

On entend souvent dire qu’il n’y a plus de poissons à Nosy Be !  D’ailleurs, si on écoutait ces mêmes personnes on ne pêcherait plus nulle part car il n’y plus de poissons où qu’ils aillent. Essayons d’être objectif : Il est évident que la zone centrale de Nosy Be, celle accessible à quasi tous les bateaux et autres barques de pêches, a connu au cours de nos 16 années d’expérience, une forte pression de pêche donc de fait moins poissonneuse et encore ! Pour ceux qui connaissent Nosy Be, avez-vous remarquer les pirogues à voile carrée des pêcheurs professionnels malgaches ? certes ces pirogues inconfortables ne sont pas faites pour la pêche dite sportive. La plupart sont dans cette fameuse zone centrale, ils pêchent à la main à la palangrotte, ils n’ont pas de GPS et pourtant leurs pêches sont plus qu’honorables avec, au milieu de plusieurs “petits poissons”, des thons jaunes, de belles carangues et …des espadons !!?

Alors, entre le prestataire qui possède les meilleurs bateaux et les …meilleurs spots secrets (les meilleurs spots ne sont pas l’apanage de un seul et à Nosy Be les secrets ? difficile !) et les prestataires locaux qui pratiquent des prix de racolage – leurs bateaux et matériel le leur permettent – il faut faire la part des choses.

La zone centrale de Nosy Be, est certes difficile à pêcher si on veut atteindre des spots relativement éloignés comme le Banc du Serpent au nord qui fait suite aux bancs de Goliath, de la tortue, et de Maitso (les classiques !), comme le banc d’Ambacomlay  au sud-ouest de Nosy Iranja.  Ces deux bancs – Serpent et Ambacomlay – sont connus également mais moins courus parce que trop éloigné de Nosy Be pour certains bateaux (là, pas de pression de pêche !).

Nos 3 bateaux -Targui, Samby et rafia – avec leurs double motorisation (2x115cv resp. 2x 140 cv) ont besoin d’une heure voire un peu plus pour rallier ces spots d’une traite, mais en principe nous mettons à profit cette distance pour couper avec un peu de traîne et surtout pêcher dans les chasses – quel bonheur et quelle émotion ! – pour faire provision de vifs.

Vous l’aurez compris cette zone vous réservera bien des surprises – Thons jaunes en février/mars, espadons voiliers en août /septembre/octobre – qui viendront s’ajouter à l’ensemble des espèces – carangues, mérous, thazards et autres barracudas de cette zone.

LES ZONES IV ET V

AU SUD DE NOSY BE

La ZONE 4 – Les Radama

C’est la zone de Nosy Iranja à Mahajamba  en passant par L’Archipel des Radama et la Baie de Narinda, zone “bénie des Dieux” parce que :

  • d’une part, la pêche y est favorable toute l’année parce qu’abritée des vents
  • d’autre part c’est une zone avec une faible pression de pêche.
  • puis, la proximité du grand tombant (qui coure du Leven à Majunga) situé à quelques “petits” milles au large de “Nosy Lava” et la  “Baie de Narinda” réservent de belles pêches avec une grande diversité de poissons de sport.
  • enfin, on peut être pêcheurs et épicuriens, on appréciera les paysages grandioses d’une beauté sauvage que nous offre la proximité de la Grande Terre

Aussi bien la zone 4 que la 5 sont connues pour abriter une grande diversité de poissons tels les carangues dont certaines grosses GT, sérioles combatives, les thons jaunes surtout en début d’année, espadons voiliers, mais aussi vivaneaux, thazards et autres mérous. Les plus grosses GT et les marlins noirs quoique présent sur la zone 4 seront plus nombreux et imposants sur la zone au large et au sud de Analalava.

Nous avions un Lodge de pêche que beaucoup d’entre vous connaissent “Le Radama Kalakajoro Lodge” dont le bail a pris fin en début d’année. Etant donné le succès de ce Lodge, nous avons décidé de le reconstruire en face de Kalakajoro sur une magnifique plage de sable fin sur un terrain que nous venons d’acquérir mais sur la Grande Terre. La proximité de la Baie de Sahamalaza et de la Réserve naturelle sera un atout que ce soit pour les pêcheurs comme pour les naturalistes amoureux de grands espaces

 

LA ZONE 5 – Au large du sud de Analalava

La possibilité de descendre plus au Sud c’est-à-dire pêcher les baies de Narinda, de Moramba et de la Mahajamba vers Majunga, sur de vastes territoires quasiment vierges ne dépend que de la durée de votre du séjour ; plusieurs variantes sont envisageables comme par exemple partir de la côte aux environs de Mahajunga (ce qui nécessite d’atterrir à Mahajunga) pour remonter en pêchant afin de reprendre l’aérien sur Nosy Be. Mais il faut alors tabler sur un séjour de minimum 16 à 20 jours. Cette zone encore mal répertoriée par notre société présentent des espaces vierges de toute pêche sportive ; le peu que nous connaissons au niveau des spots – récifs coralliens, platiers, fosses profondes -, la densité et la taille des poissons, laisse présumer des combats exaltants et le plein d’émotions.

 

Les zones 1 et 2 en général ainsi que les zones 4 et 5 ne sont possibles qu’avec la formule de la Pêche de Nomade, c’est-à-dire avec notre catamaran en base hôtelière – rôle de bateau-mère – accompagné par un ou deux “speed boat” selon le nombre des pêcheurs. En général cette formule est optimisée avec 4 pêcheurs en cabine single.

NOS FORMULES DE PÊCHE VOUS SONT PROPOSÉES